la fabuleuse histoire des fabuleux pêcheurs des fabuleux silures (1)

Publié le 11 Septembre 2013

Non, je ne fabule pas.

Et puisque les gros becs font la gueule, je nourris mon blog à coups de news réchauffées.

Hormis la vidéo que j'avais faite, je n'avais pas évoqué cette fabuleuse semaine de juillet où la fibre de carbone a pleuré sa misère jusque dans les poignées de liège, surchauffées par l'aluminium rougi de la friction de la bobine, emballée jusqu'au noeud du backing sous les assauts des gros chats ( on y est là, hein? ça sent la scène d'action à plein nez, hein?)

f(x)= masse du silure X énervement du silure

f(x)= masse du silure X énervement du silure

L'histoire, je l'ai déjà contée sur le forum MOUCHE ECHANGE ET PARTAGE

Je me contenterai donc d'en reprendre le contenu, quasiment à l'identique:

Parti donc ce matin avec un copain, je devais choisir le lieu de nos pérégrinations avant son arrivée chez moi. Les pluies et derniers orages m'ont fait renoncer aux rivières à carnas du Morvan et à certains lacs, trop remplis à mon goût. J'hésitais entre un lac proche et une petite rivière à truite beaucoup plus lointaine: la proximité du premier m'a fait céder à la facilité: c'était donc journée carna en lac.

Nous étions encore en voiture lorsque je les aperçus. Ils semblaient être assez nombreux et certains paraissaient même musclés.

Je décidais instamment que nous nous arrêterions ici! Il fallait en découdre, c'était une urgence inévitable pour moi.

Aussi excité que Lorraine Baines (future Mc Fly) au bal des sirènes de Hill Valley en 1955, je chaussais hâtivement mes cuissardes, attachais mon chest-pack et posais sur mon nez mes vieilles polarisantes. Ma Scierra BW2 #10 en main, j'attendais fébrilement mon compagnon qui tardais à se préparer.

J'avais choisi l'option ligne intermédiaire, bdl en 70/100 fluoro et streamer à dominante blanche pour m'expliquer avec les gaillards.
Il fallut user et abuser de la double traction pour bien positionner le leurre vers le groupe de délinquants aquatiques.

Après une bonne heure de pêche sans succès, je reçus un appel du Mammifère qui cherchais où poser sa soie ce jour. 1/2 plus tard, il nous rejoignit.

C'est mon compagnon qui fut attelé le premier. Rapidement, ce fut le décrochage.

Puis, ce fut à mon tour de rater le ferrage que je pensais pourtant bien timé (prononcez taïmé!).
Et puis, et puis...


LA touche.

Je décidais de différer très légèrement le ferrage: Il était au bout, et bien au bout!

Et les choses se sont rapidement emballées:
La canne, cintrée comme jamais, avait du mal à contenir le départ fulgurant.

C'était époustouflant de puissance. Je n'avais jamais connu ça!
Pourquoi aller traîner ses waders à Key West ou Cuba??
La locomotive ne faiblissais pas d'allure et je vis filer ma soie puis mon backing droit devant moi.

Et tout à coup cette remarque que je n'avais jamais pu me faire auparavant:

Mais, mais, il matou pris ???!!!!!

Et puis hop, paf, galère,

Décroché.

La haine.

Mais bon, c'est la dure loi de la Palm.

En plus, je remarque en me remettant à fouetter mon streamer qu'il y a quelque chose qui cloche:
En effet, le troisième anneau serpentiforme en partant de l'anneau de tête est cassé sur une de ses fixations: plus moyen de lancer.

Ni une, ni deux, je fonce à la voiture chercher ma Sert Blue lagoon #10, montée avec une WF10F, pour la remplacer.

J'avais en tête en fait de pêcher en soie flottante et en une technique chère à Baco: la sèche (!!!)

la fabuleuse histoire des fabuleux pêcheurs des fabuleux silures (1)

(à suivre)

Rédigé par Broc_Oliver

Publié dans #news, #brochet à la mouche, #silure à la mouche

Repost 0
Commenter cet article