Au Nord, vais-je... (enfin!)

Publié le 9 Septembre 2010

Les brochets, je (enfin nous, car j'étais souvent accompagnés des djeun's du groupe qui voulaient découvrir la technique et qui sont d'ailleurs devenus plus ou moins accros!) les ai trouvés sur les bords.

A l'affût au pied des "queues de renard" où ils attendaient les ombres qui s'approchaient (ha, oui, car j'ai oublié de dire qu'il y en avait aussi beaucoup dans les lacs) et dans ces roselières avec 20 à 30 cm d'eau sur le dos, immobiles, attendant qu'une malheureuse perche s'aventure trop près d'eux. Les perches chassaient dans les petits bancs de poissons blancs (non identifiés) qui maraudaient.

100_7421.JPG

Les queues de renard.

100B7110.JPG

Sacha aux prises avec un 80.

Après quelques essais, il s'est avéré que le modèle de streamer idéal était blanc, avec ou sans touche de rouge en tête, un petit peu de flash pour les profondeurs et mesurait dans les 10-12 cm, hameçon de 6/0.

100_7173.JPG

Il fallait par contre l'animer rapidement le long ou devant les roselières, avec une soie intermédiaire, entre 0 et 1 m de fond pour espérer toucher régulièrement du bec.

100_7098.JPG

100_7183.JPG

Les djeun's dans des conditions presque estivales!

100_7177.JPG

La végétation rivulaire.

On touchait également du bec au milieu des queues de renard, en marchant très très très lentement, polas vissées sur les yeux, pour les repérer avant qu'ils ne nous voient. On essayait alors de dandiner un streamer lesté juste sous le nez de la bête, en faisant un minimum de mouvements ralentis: 2 solutions s'offraient alors à nous: soit le brochet avait les crocs, il se jetait alors furieusement sur le streamer, soit il avait éventé le piège et partait nonchalamant 3 mètres plus loin ou nous faisait un démarrage des familles, entraînant par là-même tous les autres qui étaient sur sa route!!! Et croyez moi, la réaction en chaîne était terrible!

100_7276.JPG

A chaque retour des roselières...

Par contre:

Je n'ai jamais touché le tout gros que j'espérais, même si j'en ai vu de pas vilains. (snif, pas de gros norvégien) J'ai touché quand-même pas mal de becs, entre 40 et 93 pour le plus gros (plusieurs 90, ça sauve la face!!).

Il semble que la meilleure période soit le mois de juin, comme me l'a dit un français d'un couple émigré là-bas. Ce couple est installé au bord du lac de Nordersjoen. Jean-Philippe, c'est son nom, est musher. Mais il a développé une activité hôtelière chez eux avec sa compagne Stéphanie. Certaines personnes de notre groupe ont fait appel à ses services pour pêcher le brochet en bateau, leurre et mouche. Ceci leur a permis de silloner un lac et d'accéder à des îles par exemple: les résultats ont bien évidemment suivi! Si d'aventure vous êtes intéressés...http://www.sled-dog-montagne-noire.com/article-bienvenus-chez-nous-50678416.html et http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/10/36/78/2010-04-OFFRE-DE-SEJOUR-NORVEGE-global-V3.pdf

100_7268.JPG

Les chiens de Jean-Philippe

100_7271.JPG

Ha, ouais, j'oubliais: Jean-Philippe fait mijoter la dedans la soupe des chiens au feu de bois... Des chiens pleins de vitamines, car la soupe est constituée de ...Corégones (!!) qu'il pêche au filet dans le lac.

DSCF2077.JPG

Il y avait également du bec à faire sur la Glomma (et hop)

DSCF2080.JPG

(et hop....)

100_7370.JPG

100B7350.JPG

Ce premier séjour à l'étranger m'aura permis d'appréhender le coin dont je garde l'adresse dans une de mes poches de chest-pack, des fois que la canne me démange...

100_7416.JPG

100_7419.JPG

Une dernière chose: la lotion anti-moustiques, c'est une fois le matin, une fois en début d'après-midi, avec un petit coup de pchiiitt à 16h00, et un dernier coup pour la route à 20h00.

Rédigé par broc_oliver

Publié dans #voyages de pêche

Repost 0
Commenter cet article