Olivier Léger, morvandiau de sang et de coeur.

Publié le 21 Février 2008

inauguration d'une nouvelle rubrique pour 2008, constituée d'entretiens ou de portraits de gens que j'apprécie. Ouvrons le bal avec Olivier Léger, né en Morvan, vivant en Morvan, travaillant en Morvan qu'il ne quitterait pour rien au monde... Ou alors peut-être une jolie fille...!

Olivier, bonjour, On se connait depuis un certain nombre d'années, même si nos parcours professionnels et familiaux nous font nous rencontrer de moins en moins souvent. Je connais ton attachement particulier à ta région et son environnement. Comment te décrirais-tu, toi qui est resté sur les terres morvandelles depuis toujours?

Un phare dans la tempête, un port pour morvandiaux expatriés, un point d'attache dans le paysage ? J'sais pas trop, ce qui est sûr c'est que ma condition de mec de la nature me vas bien, j'ai un côté très casanier. J'aime mes collines, "ma Bourgogne", je ne peux m'en éloigner, c'est comme ça.

oh_la_belle_prise.JPG

Tu as fait de ta passion ton métier. En quoi consiste t-il ?

J'ai le métier le plus beau du monde, je suis animateur nature. Ma croûte, je la gagne en montrant les ruisseaux, les arbres et tout le cortège de bestioles qui va avec, non seulement aux enfants, mais aussi aux plus grands. Plus de 200 jours dehors, c'est bon pour le moral.

Je suis aussi un peu guide de pêche à mes heures, mais ce business en définitif ne me plais guère. Pas pour le côté relationnel avec les clients, cet angle est très sympa, c'est surtout le fait de voir les ruisseaux de plus en plus dégradés : monoculture de résineux, ensablement du à une érosion après des coupes de bois plutôt franches...

Engranger du blé avec une nature fragile, qui ne nous appartient pas me perturbe quelque peu, je ne serai jamais riche avec la pêche.

Qu'est-ce que le CPIE ?

Le CPIE de l'Autunois Morvan, c'est le Centre Pénitenciaire d'Intertion à l'Environnement. Non je plaisante.

C'est une association qui organise des classes de découverte, qui met en place des diagnostiques pour l'aménagement du territoire, qui propose des !!!formations en lien avec l'environnement...

Cela signifie Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement. Actuellement il n'y en a qu'un en Bourgogne.

Il me semble que tu as d'autres cordes à ton arc: parle-nous un peu de musique !

De ce côté là, c'est que du bonheur, mon oud, mes cornemuses et ma batterie me procurent de bonnes sensations.

Avec les potes on fait une sorte de morvand-orientalo-jazz-fusion, mêlée d'accents bossa et rockab. Bref, c'est inclassable!!!

On fait surtout ça pour passer des moments tous ensemble, on fait de temps en temps une répète au bistrot, on a un "p'tiot public" mais on n'est pas des stars.

ma_pomme_en_dr_me.jpg

Le Morvan, c'est quoi ??

Un gros tas de pierres glacial, sombre et humide. Non, je rigole, c'est pas que ça. C'est une région magnifique, un peu âpre côté climat avec des habitants souvent hors norme, rugueux à souhait. Des ruisseaux partout, des couleurs fabuleuses, des coins de paradis à répétition (bon faut aimer la nature)!!!

Mais tout ça faut pas trop le dire, sans quoi on sera plus tranquille chez nous.

Et la pêche dans tout ça ?? Présente-nous tes lieux de prédilection, techniques...

Ben la pêche j'en ai déja un peu parlé. Je crois qu'avec les années qui passent, je suis de plus en plus contemplatif.

Du coup je suis moins énervé sur les poissons.

Je trouve les brochets de l'Arroux (en particulier) trop beaux pour être passés à la gamelle, sauf une fois par an pour quelques quenelles.

Pour les truites c'est un peu la même chose d'ailleurs.

Toutes ces espèces étaient là avant nous, elles sont les reliques des temps anciens ou l'homme existait à peine.

Dernière part de sauvagerie, vivante au rythme des flots,dans nos espaces domestiqués, j'ai de plus en plus de respect pour cette "peau de chagrin" de plus en plus sursitaire (réchauffement climatique et pollutions oblige).




Des fois ça m'ennuie de" foutre le bordel" dans un milieu naturel qui se passerait volontier des mes plombs au fond de l'eau, de mes hameçons dans les souches ou dans la gueule des poissons. Même si je fais très attention à mes pratiques, j'ai parfois le sentiment que moi aussi, défenseur de la nature, je contribue à l'appauvrir.




Pour les coins de prédilection, ben l'Arroux pardi, les ruisseaux du Haut Morvan, mais pas la Cure et pas l'Yonne (trop loin et trop souvent du monde) les étang de Vaux et Baye (c'est aussi un super spot ornithologique) et enfin la Loire, de plus en plus la Loire.

Les personnes qui la fréquente assidument comprendront pourquoi!




Côté techniques, c'est de plus en plus du simple (tirette, toc au vairon vivant, mouche sèche et un peu de leurres de surface).

Un petit coup de gueule , ou deux ??...Et un coup de coeur ?

A fond !!! Je suis de plus en plus consterné par le manque de responsabilité de certains pêcheurs, concernant les captures (tant en nombres qu'en tailles) entre autre, mais aussi les déchets (je ramasse chaque année des centaines de mètres de nylon de tous diamètres, accompagnés parfois de guirlandes macabres de piafs secs...)

Force est de constater que nous sommes cernés par les béberts de tous poils, les manants, les médiocres.

Je me demande de plus en plus si la pêche associative est une bonne chose pour les populations halieutiques (du poisson y en a sur tous les parcours privés, gérés avec intelligence). Sur les parcours "publics" ,par contre, c'est souvent bien différents.

Aussi je ne suis pas pour que les rivières et les lacs naturels, soient accessibles par le plus grand nombre. Ou alors il faut tout vacciner avec une grosse dose d'Ethique.




Pas de coup de coeur particulier, juste mon chapeau a tous ceux qui militent pour la défense de notre environnement et qui autour d'eux responsabilisent les "consommateurs de nature".

Les saumons sur l'Arroux: bénédiction ou dépense inutile ?

Dans un sens c'est une bénédiction, d'autres poissons migrateurs ont bénéficié des efforts fait pour le "retour du roi " des poissons : les aloses, les lamproies, les anguilles.

Ce qui permet à ces espèces de re-coloniser doucement les espaces perdus.

Seulement, pour qu'il y ait des saumons en masse dans l'Arroux, il faut de l'eau, il faut de l'eau froide, il faudrait qu'aujourd'hui, après presque dix années d'efforts, on puisse voir remonter plus de deux bestioles par an (c'est actuellement l'état des remontées pour 2007).

J'aimerai bien que mon premier salmo salar soit un guerrier de l'Arroux, pris dans une eau piquée de fin avril, quand ça tire, quand ça sent bon au bord de l'eau, quand les premiers doux s'installent... mais, hélas, je pense que tout ceci ne sera jamais qu'un rêve.

Il faut se rendre à l'évidence: la partie est, à long terme, perdue.





Parlons un peu du Béarnais; pas la région, mais bel et bien ton compère, voisin et ami:

Le Béarnais c'est un bon. Il conserve la verve du néophyte, il a les poissons dans le sang, c'est pas un vulgaire mec doué, c'est un véritable "quineur" de bêtes à écailles.

Un de ses Aînés à dit un jour de lui, que ces mains, c'étaient pas des mains, mais des épuisettes !!! Voyez braves gens, le Ju c'est pas un branque.

On pêche ensemble depuis plus de 20 ans, des premières fritures de spirlins et de goujons dans l'Arroux au bars du Finistère nord en passant par les truites, les carpes, les aloses, les becs, les perches...ont restes fidèles.




Sans parler des nos nombreux emmêlages, de nos tirs croisés, des milliers de kilomètres de fils déroulés côte à côte... Je peux dire que je n'ai pas tissé de lien plus beau avec une autre personne que lui.




Tu as quelque chose à rajouter pour ta défense ?

Non, pas grand chose, je pourrais parler encore des plombes de tout cela, c'est dans ma nature.

Je ne sais pas si j'ai correctement répondu à tes questions. Je plaide coupable pour tout, je relis mes notes et je les trouve un poil pessimistes, mais la vie que je mène depuis plus de 12 ans au coeur de la nature, me conduit à faire une somme de constats qui ne sont malheureusement pas tous très encourageants, c'est comme ça, c'est la vie.




Malgré tout je suis très heureux de voir tous les matins le beau soleil se lever, les saisons défiler, la nature est la plus Belle des maîtresses. ...La seule chose qui lui manque c'est une jolie paire de fesses !

Rédigé par broc_oliver

Publié dans #portrait

Repost 0
Commenter cet article

Frederic 15/12/2013 19:38

Bonjour.
En coopération avec Jacques Mège? poète morvandiau J'ai créé une chanson d'amour pour le Morvan!
Qu'en penses-tu?
Bonne écoute!!
http://youtu.be/gtUUz1PT46A